sidi lakhdar ben khlouf

Lakehal ou Lakhdar Ben Abdellah Benmakhlouf, ou Ben Mekhloufi, ou Benkhlouf serait né vers le début du 16ème siècle dans la région des massifs du Dahra.
Sa famille s’installe à Mazaghran, à quelques kilomètres de Mostaghanem. C’est dans cette localité qu’il passe sa jeunesse à une époque de grands troubles. Les temps sont difficiles mais, il reçoit malgré tout une éducation à la zaouïa du village.
A cette époque le Maghreb est affaibli par des rivalités internes au point de ne plus pouvoir résister à la puissance espagnole. De nombreux ports et villes côtières étaient déjà occupés lorsque les frères Arroudj et Kheireddine Barberousse viennent au secours d’Alger en 1516. C’était le cas aussi du port de Mostaghanem qui est longtemps resté sous le feu des espagnols.

Jusqu’en ce jour d’août 1558 où la marine espagnole dirigée par le Comte d’Alcaudète affronte la marine algérienne commandée par Hassan Agha, fils de Kheireddine. S’ensuit alors une sanglante bataille connue sous le nom de bataille de Mazaghran qui se termine par la mort du comte espagnol et de la complète défaite de son armée. Une bataille que Lakhdar Benkhlouf immortalise dans une célèbre quacida qui porte le titre de « Quessat Mezeghran ».
Il y raconte en détail, toute la bataille à laquelle il aurait participé d’ailleurs. Il dit :
Ya fares men temm djit elyoum ghezwet Mezeghran maâlouma
Ya âjlana reyedh elmeldjoum rayet djnab ech’lou mewchouma
Ya sayelni ân ttrad elyoum quessat Mezeghran maâlouma

A cette date, Lakhdar Benkhlouf est jeune, mais nous n’avons pas d’autre précision sur son âge que ce qu’il dira lui-même plus tard dans sa quacida « eb’qaw besslama » :
Hassrah ya eddenya kelli ma kanet âddit chboub çoghri fi Mezeghran
Siyfi mdjerdou wana nedhrab fel’âda wennass dhadja men zedjri bel’khouf

Et mis à part sa participation à la bataille de Mezeghran, nous ignorons tout de sa jeunesse. Il la qualifie lui-même de jeunesse perdue dans sa même quacida « eb’qaw besslama », il affirme que les premières quarante années de sa vie sont passées comme un mirage :
Men’ha mchat rab’îne sna meth’l essrab welli bqa mcha fi med’h elmebrour
Il nous apprend également, toujours dans cette même qacida « ebqaw besslama » qu’il aurait vécu 125 années et 6 mois. Et après ces quarante années passées, tout va changer pour Lakhdar Benkhlouf lorsqu’il part à Tlemcen pour un pèlerinage au mausolée de Sidi Boumediene. Il s’imprègne du mouvement religieux et devient alors poète du prophète Mohamed (âih eçlat wesslam).

Ses poèmes depuis, ne sont plus que religieux et élogieux. C’est peut-être depuis cette date qu’il change son prénom de Lakehal à Lakhdar. Certains disent que c’était par pur optimisme. Mais, d’autres affirment par contre que cela était la conséquence d’un rêve où il aurait vu le prophète qui lui a conseillé de changer son prénom. Il aurait d’ailleurs très souvent vu le prophète Mohamed, en rêve, ce qui lui aurait compensé nous dit-on, le fait qu’il n’ait jamais pu accomplir le pèlerinage à la Mecque. A cause de sa pauvreté.

Et il devient très célèbre à travers sa poésie religieuse. Comme il nous l’explique dans sa qacida : « el-khezna eçghira », il dit :
Ya Mohamed b’djah djahek, loula enta men s’al fiya
âfouni lemma m’dahtek nef’khar bik wa la âliya

Lakhdar Benkhlouf nous apprend à travers ses poèmes le nom de cinq de ses enfants : Belkacem, Mohamed, Ahmed, Habib et Hafça. Et le nom de sa mère Khawla qu’il loue également dans sa poésie.

Et après une longue vie consacrée à la religion et au med’h, il laisse un très riche répertoire exclusivement consacré à med’h errassoul. Il consacre un genre qui fera de nombreux adeptes par la suite.
Et dans un poème testament « elwçiya » ou « ebqaw besslama », il demande à ses enfants de l’enterrer près d’un palmier particulier. Il dit :
Nekhla m’tebta telqah baâ liybouss h’daha y’koun quebri ya messelmin

Son mausolée se trouve aujourd’hui encore dans la localité qui porte son nom : Sidi Lakhdar, près de Mostahanem. Le palmier qui se dresse au centre du mausolée a depuis quatre siècles déjà pris une forme bien particulière. Certains y lisent même le nom d’Allah, ce qui, serait, dit-on le signe évident de la piété du personnage.

Commentaires

  1. elmakoudi dit :

    salam et merci de faire l’impossible pour satisfaire je vous remercie ,si je pouvais lire des quassaides il ya un diwan de 31 poesie que je ne trouve pas
    si tu en a peux tu inserer quelques poeme merci

  2. belkacem belhadj dit :

    je remercie tous et toute qui ouevre pour notre culture algerienne, concernant el medh et le chaabi , qui nous ont laisser nos ascendants , bcp de quacidatte de sidi lakhdar benkhlouf, qui nous font vivre , il parle sur bcp de choses ds ses poemes, surtout ou il a passer sa jeunesse a mazagran, ellah yerham el mouslimine koulhoum amineeeeeeeeee,

  3. ben bezzou dit :

    J’aimerai avoir le livre portant tous les poèmes de notre cher SI LAKHDAR .J’avais cet ouvrage, il y a environ trente ans, je l’ai prêté et on ne me l’a pas rendu. Un vrai gachis.Pouvez-vous m’orienter?MERCI et bravo pour ce que vous faites.

Laisser un commentaire

MUSIC EXCLUSIVE |
thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | read and heard
| Miouzik 60 et 70
| les humains entre eux